En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actions culturelles

Concours La Flamme de l'égalité "Esclavages et traites : des crimes contre l'humanité"

Par STEPHANIE NERSESSIAN, publié le vendredi 8 janvier 2021 18:54 - Mis à jour le vendredi 5 février 2021 09:03
flammeegalite.jpg
« Le 10 mai 2001 était adoptée au Parlement la loi Taubira tendant à la reconnaissance des traites et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité. À l’occasion du 20ème anniversaire de cette loi en mai 2021, le thème annuel du concours s’intitule : « Esclavage et traites, des crimes contre l’humanité ».
La notion de « crime contre l’humanité » amène à s’interroger avec les élèves sur ce qu’a recouvert et ce que recouvre aujourd’hui le terme même d’humanité, en quoi les traites et l’esclavage en sont une négation, et comment le crime d’esclavage s’inscrit dans l’histoire des crimes de masse. Posée pour la première fois en 1945 par le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg, la définition juridique de « crime contre l’humanité » est déclinée en 1998 par le Statut de Rome de la Cour pénale internationale dans son article 7. Trois axes de cette définition caractérisent les crimes des traites et de l’esclavage :
- la réduction en esclavage et la privation de liberté physique ;
- la déportation ou le transfert forcé de population ;
- les actes inhumains causant de grandes souffrances ou atteintes graves à la santé physique et mentale.
Le projet de classe devra s’inscrire dans l’un de ces trois axes de la thématique. Pour mener et nourrir cette réflexion, les projets peuvent articuler et croiser plusieurs approches :
- Histoire : les procédés de déshumanisation visant à la négation de l’être humain dans la réduction en esclavage et dans les traites ; la nécessaire affirmation de cette humanité au cœur de la lutte pour leurs abolitions ; la diversité des formes de résistances à la traite et l’esclavage ; l’esclavage et la traite et la notion de crime contre l’humanité.
- Culture : les manifestations et héritages artistiques, culturels, humains liés à la dénonciation de ces crimes, et à l’affirmation de leur humanité par les personnes réduites en esclavage.
- Citoyenneté : les formes contemporaines de traite des êtres humains et d’esclavage, et l’engagement contre celles-ci, sur le plan associatif comme sur le plan juridique.
Les travaux peuvent sortir du contexte socio-historique français et s’intéresser à d’autres régions du monde. »
 
Programme Terminale :
EMC
Axe 2 Repenser et faire vivre la démocratie
Conscience démocratique et relations internationales notion de justice internationales
HISTOIRE
(Rappel 1ere : crimes de guerre et génocide)
Thème 1 crimes de guerre, violences et crimes de masse, Shoah, génocide des Tsiganes
Thème 2 Nouvel ordre international (ONU, procès de Nuremberg et Tokyo), émergence du Tiers Monde, décolonisation,
Thème 4 crimes de masse et génocide des Tutsis (guerre en ex-Yougoslavie), fin de l’Apatheid en Afrique du Sud
PHILOSOPHIE
Axe de travail :
En quoi les esclavages et les traites sont-ils des crimes contre l’humanité ?

 

 

- https://histoirecoloniale.net/Aime-Cesaire-Discours-sur-le-colonialisme.html
Extrait du discours :
« Une civilisation qui s’avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente.
Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte.
Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde. »

 
- L'esclavage constitue une « pratique qui revient à dénier à certaines catégories d'êtres humains (catégories arbitrairement définies donc variables selon les lieux et les moments) leurs droits d'être reconnus comme humains ; c'est bien un "crime contre l'humanité" au sens strict du terme. » S'il est besoin d'affirmer haut et fort cette position, c'est bien sûr que l'esclavage n'a pas disparu. C'est aussi parce que l'Europe, l'Amérique et le Moyen-Orient n'ont pas fait ce travail de mémoire et de repentance qui entache encore, et durablement, les rapports sociaux vis-à-vis des hommes de couleur. Il faut dire la souffrance, la honte et l'humiliation des individus asservis et détruits, blessure ouverte et purulente au cœur de tout humain. ( Livre l’esclavage, un crime contre l’humanité, Christian DELACAMPAGNE)

 
- Ce vendredi 19 juin, les députés européens ont voté une résolution symbolique pour reconnaître la traite transatlantique comme "crime contre l'humanité". Cette résolution adoptée à une large majorité est plus globalement une ferme condamnation du racisme et débute ainsi : "la vie des noirs compte".
Le texte de onze pages a été porté par 5 des 7 groupes du Parlement et débute par une affirmation : "la vie des noirs compte". Une reprise du slogan "Black lives matter", scandé à travers le monde dans toutes les manifestations anti-racistes.
« Le Parlement européen invite les institutions et les États membres de l’Union européenne à reconnaître officiellement les injustices du passé et les crimes contre l’humanité commis contre les personnes noires et les personnes de couleur ; déclare que la traite des esclaves est un crime contre l’humanité et demande que le 2 décembre soit désigné Journée européenne de commémoration de l’abolition de la traite des esclaves ; encourage les États membres à inscrire l’histoire des personnes noires et des personnes de couleur dans leurs programmes scolaires. »

 

Les élèves sont partagés en 4 groupes de travail :

 

- Histoire de l'esclavage et traites dans le monde, abolitions et bilan
- Esclavages et traites modernes, racisme
- Les lois contre l'esclavage et les traites, reconnaissance de crime contre l'humanité, les réparations
- Aimé Césaire, les revendications politiques et mémorielles

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 26 janvier 2021  atelier génocides et crimes contre l'humanité

 

nous avons bénéficié d'un atelier sur le concept de génocides et crimes contre l'humanité avec les intervenantes du CPA de Valence Laurence Vézirian et Nathalie Lignier Morel. Ce mêm jour, une équipe de tournage de l'agence Eclectic est venue filmer le travail des élèves pendant les ateliers et les comptes rendus pour réaliser des modules de plusieurs minutes qui seront mis en ligne sur le portail des Outre mer de France TV Info et diffusés en mai.